Flux

Meta

Entrevue

Beauregard

Pas de commentaires

Philippe Morillon

Les commentaires sont fermés.

Philippe Morillon, Patrick Juvet, Acrylique sur carton, 1982

 

Philippe Morillon, Night and Day, 1975

 

Philippe Morillon, PĂ©ristyle dans le style de la science-fiction antique, 1981, acrylique sur carton

 

Philippe Morillon, La piscine des Bains-Douches, (Patrice de Mazure en Thierry Mugler), 1980, acrylique sur toile

 

Philippe Morillon, Karl Lagerfeld en Claude dit le Lorrain, 1981, photographie et acrylique

 

Philippe Morillon, La vie rêvée des gays, 1981, acrylique sur carton

 

Philippe Morillon, Coucher de soleil sur la baie, Acrylique sur toile, 92 x 65cm, 1975

Philippe Morillon, Ricqlès disco, 1985 (annonce presse)

 

 

 
 
 
 
 
 

Qui est Philippe Morillon?
 
C’est:
 
-l’Alma-Tadema de l’aĂ©rographe,
-le David des espaces vides, 
-le Ledoux de l’interplanĂ©taire,
-le Narcisse de l’acrylique,
-le Murillo des petits zonards pasteurisés,
-le chantre du loubard « clean »,
-le Capiello du Palace,
-le Boldini du « hard-chic »,
-le baron Corvo des éphèbes parisiens,
-le visionnaire de l’altuglas,
-le stuccatore de la peinture,
-le graphiste du laser,
-le BĂ©rard du high-tech,
-le Cocteau des temples spatiaux,
-le Rockwell de la new-wave,
-l’Ă©ventuel traducteur visuel de Burroughs,
-le faux-témoin des fifties,
-le Walkman du visuel,
-l’objectif du post-mondain,
-le technicien d’une Grèce glaciale,
-le champion du « nĂ©o » et du nĂ©on,
-le passéiste du futur,
-le nostalgique du devenir,
-le jeune homme bien élevé, peut-être pas si convenable que ça,
Mais c’est surtout quelqu’un qui a beaucoup de talent et une vision des choses qui n’est que d’aujourd’hui et peut-ĂŞtre de demain, si demain il y a…
 

Karl Lagerfeld