Flux

Pas de commentaires

Calculi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Mathias Schweizer, étudiants de l’Institut Supérieur des arts de Toulouse, Inventaire général sur la base d’une promesse, 2016

Mathias Schweizer, étudiants de l’Institut Supérieur des arts de Toulouse, Inventaire général sur la base d’une promesse, 2016

Pour Denise Schmandt-Besserat, l’invention de l’écriture proviendrait, de ce qu’on nomme proprement et improprement des calculi, en latin « pierres Â». Improprement parce que ces petits objets Ă©taient modelĂ©s en argile dans des formes variĂ©es. Proprement parce que ces fausses pierres de MĂ©sopotamie constitueraient vraisemblablement l’un des premiers systèmes de notation des nombres et des objets comptĂ©s remontant au nĂ©olithique.

« De toute Ă©vidence, un système comptable fondĂ© sur des jetons Ă©tait couramment utilisĂ© non seulement Ă  Nouzi et Ă  Suse, mais dans toute l’Asie occidentale dès le neuvième millĂ©naire et jusqu’au deuxième millĂ©naire avant notre ère. Â»1

Mat

Mathias Schweizer, étudiants de l’Institut Supérieur des arts de Toulouse, Inventaire général sur la base d’une promesse, 2016

Mathias Schweizer, étudiants de l’Institut Supérieur des arts de Toulouse, Inventaire général sur la base d’une promesse, 2016

Mathias Schweizer, étudiants de l’Institut Supérieur des arts de Toulouse, Inventaire général sur la base d’une promesse, 2016

Ces jetons fonctionnant peut-être de manière autonome auraient été un temps enveloppés par des bulles-cachets d’argile accompagnant et scellant une transaction. Puis ces calculi seraient venus, peut-être par économie logistique, pour s’épargner la destruction des bulles pour ouverture et vérification en fin de tractaction, imprimer la surface des bulles-enveloppes. Enfin ces empreintes devenues signes autonomes seraient venus inscrire des supports divers sous des formes devenues griffées, graphiques, écrites.

« […] contrairement Ă  ce que beaucoup ont supposĂ©, il est fort possible que les plus anciens exemples d’écriture trouvĂ©s en MĂ©sopotamie n’aient pas Ă©tĂ© inventĂ©s de toutes piĂ©ces. Au contraire, ils semblent rĂ©sulter d’une application nouvelle, Ă  la fin du quatrième millĂ©naire avant notre ère, d’un système de notation propre Ă  l’Asie occidentale depuis le dĂ©but de l’époque nĂ©olithique. Dans cette perspective, l’apparition de l’écriture en MĂ©sopotamie reprĂ©sente une Ă©tape logique dans l’évolution d’un système d’enregistrement nĂ© il y a quelque 11000 ans. Â»1

MA

Mathias Schweizer, étudiants de l’Institut Supérieur des arts de Toulouse, Inventaire général sur la base d’une promesse, 2016

Ma

Mathias Schweizer, étudiants de l’Institut Supérieur des arts de Toulouse, Inventaire général sur la base d’une promesse, 2016

Sans souscrire à cette filiation directe de la forme des calculi à celle des marques de l’écriture, c’est avec cette occultation des symboles, d’abord, puis leur reprise, ensuite, qui rend finalement caduque la présence matérielle des calculi, que, de son côté, Clarisse Herrenschmidt reconnaît l’apparition définitive de l’écriture2.

Ma

Mathias Schweizer, étudiants de l’Institut Supérieur des arts de Toulouse, Inventaire général sur la base d’une promesse, 2016

Mathias Schweizer, étudiants de l’Institut Supérieur des arts de Toulouse, Inventaire général sur la base d’une promesse, 2016

Mathias Schweizer, étudiants de l’Institut Supérieur des arts de Toulouse, Inventaire général sur la base d’une promesse, 2016

Jean-Jacques Glassner remet pour sa part en cause – comme d’une forme de rĂ©cit mythologique â€“ la linĂ©aritĂ© de cette belle progression du signe numĂ©rique modelĂ©, dissimulĂ©, puis repris graphiquement par impression. S’appuyant sur diffĂ©rents rĂ©sultats archĂ©ologiques, il affirme que l’écriture apparaĂ®t plutĂ´t brutalement « au niveau Suse-Acropole 18 Â» immĂ©diatement en rapport avec son support privilĂ©giĂ© de la tablette d’argile et qu’il va se rĂ©pandre sur diffĂ©rents supports dont la bulle-enveloppe3

Ma

Mathias Schweizer, étudiants de l’Institut Supérieur des arts de Toulouse, Inventaire général sur la base d’une promesse, 2016

Mathias Schweizer, étudiants de l’Institut Supérieur des arts de Toulouse, Inventaire général sur la base d’une promesse, 2016

Mathias Schweizer, étudiants de l’Institut Supérieur des arts de Toulouse, Inventaire général sur la base d’une promesse, 2016

Pierre DĂ©lĂ©age refuse de son cĂ´tĂ©, l’origine purement commerciale et comptable de l’écriture. L’origine qu’il repère « sĂ©lective » de l’écriture ne concerne pas l’échange intĂ©ressĂ© de marchandises ou de biens cadastraux mais s’applique aux discours tout aussi fonctionnels et fondateurs du rituel et / ou de l’institution. Si toute lettre est un chiffre, plutĂ´t que de l’exigence du nombre, l’écriture aurait pu surgir des besoins du sacrĂ©, de la magie et des profĂ©rations performatives orales qui exigent la mĂŞme prĂ©cision formulaire que l’expression du calcul ou de la gĂ©omĂ©trie4

Mathias Schweizer, étudiants de l’Institut Supérieur des arts de Toulouse, Inventaire général sur la base d’une promesse, 2016

Mathias Schweizer, étudiants de l’Institut Supérieur des arts de Toulouse, Inventaire général sur la base d’une promesse, 2016

Ma

Mathias Schweizer, étudiants de l’Institut Supérieur des arts de Toulouse, Inventaire général sur la base d’une promesse, 2016

Courant 2016, Mathias Schweizer a Ă©tĂ© appelĂ© Ă  mener avec des Ă©tudiants de design graphique de l’Institut SupĂ©rieur des arts de Toulouse, un atelier autour des collections du MusĂ©e Calbet, un musĂ©e d’arts et de traditions populaires du Lot-et-Garonne. Il a demandĂ© aux Ă©tudiants de produire le contenu inventĂ© du musĂ©e sur la base restreinte de son seul inventaire chiffrĂ©, de sa mutique qualification typologique quantifiĂ©e : 56 pièces de beaux arts, 759 objets d’arts dĂ©coratifs cĂ©ramiques, 116 Ă©lĂ©ments de militaria, 1384 objets ethnologiques – alimentation, habillement, religion, loisirs… â€“, 981 pièces de sciences et techniques – mĂ©decine, mesures, audiovisuel, industrie du balais, Ă©clairage, collection de papillons… â€“, 1819 Ă©lĂ©ments prĂ©historiques.

Et la manufacture estudiantine de cet Inventaire sur la base d’une promesse a produit, à l’aide de techniques a priori bien peu graphiques, une écriture numérique peut-être originelle en forme de calculi.


Notes

  1. Denise Schmandt-Besserat, « Le plus ancien prĂ©curseur de l’écriture Â», Pour la Science. AoĂ»t 1978. No. 10, p. 12-22, http://www.bardina.org/padefr01.htm consultĂ© le 23 juillet 2017 [] []
  2. Clarisse Herrenschmidt, « De l’écriture des langues en Iran Ă©lamite Â», Les trois Ă©critures, Gallimard, Paris, 2007, pp. 65-79 []
  3. Jean-Jacques Glassner, « Le mot et le spĂ©cialiste, la tablette et le calame Â», Écrire Ă  Sumer, L’invention du cunĂ©iforme, Seuil, Paris, 2000, pp. 150–157 []
  4. Pierre DĂ©lĂ©age, « Ă©critures attachĂ©es Â», Inventer l’écriture, Les belles lettres, Paris, 2014, pp.159-187 []

Meta

Entrevue

Beauregard