Flux

Pas de commentaires

Format

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Éditions mouvements sociaux 2016, Lyon

Éditions mouvements sociaux 2016, Lyon

La forme est un ancien moule romain dont l’appellation se constitue par un genre de contrepèterie dite « française Â» ou « de salon Â»1, plus acadĂ©miquement appelĂ©e mĂ©tathèse, du grec morphĂŞ. La forme est un contenant qui ne sera dĂ©fini que par son contenu, son in-formation.

Bâtons, Mouvements sociaux 2016, Lyon

Bâtons, Mouvements sociaux 2016, Lyon

Le suffixe pesant -at, reçu du participe passĂ© italien formato, accolĂ© Ă  l’issue du mot forme, lui donne quelque chose de plus immanent et tangible. Le format tient plus du mĂ©dium, du support, de ce qui concrĂ©tise l’information en lui imposant certaines contraintes. Alain Rey nous rappelle que le format – en informatique mais selon nous pas seulement â€“ est un « modèle dĂ©finissant les règles Ă  observer pour les dimensions des informations et leur disposition Â»2. En quelque sorte le format est un medium dont RĂ©gis Debray nous assure qu’il est Ă  la fois message – statut, point de locution qualifiant â€“, medium – moyen de la transmission â€“, milieu – milieu proprement Ă©cologique de la vie des messages et des signes, avec leurs familles, leurs grands prĂ©dateurs â€“ et mĂ©diation – effet productif de cette relation .

Le message, le médium, le milieu, la médiation. M de message, comme militance, messianisme, ministère. M de médium, comme mémoire, matériau, machinerie, monument. M de milieu, comme monde, mode, macro-système technique, moyenne (bande), in medio stat virtus. M de médiation, comme mélange, malédiction ou miracle.

RĂ©gis Debray3

Bâtons, Mouvements sociaux 2016, Lyon

Bâtons, Mouvements sociaux 2016, Lyon

Bâton, Mouvements sociaux 2016, Lyon

Bâton, Mouvements sociaux 2016, Lyon

Inventer un format n’est pas chose facile. C’est pourtant ce que viennent de réussir Anouk, Mona et Morgane, trois étudiantes en art ou en design graphique des écoles des beaux arts de Lyon et de Valence, lors des derniers mouvements sociaux lyonnais. De longs bâtons fichés de textes multicolores devenaient à la fois des étendards et des supports proprement éditoriaux des mouvements sociaux et politiques du moment.

Bâton, Mouvements sociaux 2016, Lyon

Bâton, Mouvements sociaux 2016, Lyon

Bâtons, Mouvement sociaux 2016, Lyon

Bâtons, Mouvement sociaux 2016, Lyon

Chaque manifestation Ă©tait l’occasion de la rĂ©alisation de petits imprimĂ©s plus ou moins colorĂ©s typographiĂ©s avec soin et esprit d’une sĂ©lection de textes choisis selon la dĂ©finition anglaise de l’editor – celui qui choisit et monte les contenus qui vont ĂŞtre donnĂ©s Ă  la lumière du jour4.

Bâton, Lectures, Mouvements sociaux 2016, Lyon

Bâton, Lectures, Mouvements sociaux 2016, Lyon

Bâton, Mouvements sociaux 2016, Lyon

Bâton, Mouvements sociaux 2016, Lyon

Puis cette sĂ©lection de textes Ă©tablie dans un rapport oblique et ouvert avec les revendications, renouvelĂ©e pour chaque Ă©vĂ©nement, vient prendre place sur les attaches fragiles du bâton devenu support et emblème de la manifestation, de l’Ă©mergence publique des formes qui peuvent constituer la place publique. Les textes se fichent, s’affichent, s’envolent Ă  la rencontre d’un nouveau public. Le bâton de parole et de lecture devient le support lĂ©ger de la rencontre, de l’échange, de l’information, de la rĂ©flexion et de l’individuation.

Bâtons, Mouvements sociaux 2016, Lyon

Bâtons, Mouvements sociaux 2016, Lyon


Notes

  1. Contrepèterie sans contenu inconvenant sur lequel pèserait un quelconque interdit. []
  2. Alain Rey (dir.), « Format Â», Le Robert, Dictionnaire historique de la langue française, Dictionnaires Robert, Paris, 2000, Tome 2, p. 1460 []
  3. Régis Debray, « Histoire des quatre M », Les cahiers de médiologie, N° 6, Gallimard, Paris, 1998, p.8 []
  4. Selon Alain Rey, Ă©diter provient du latin edere « produire, mettre au jour Â», liĂ© probablement au verbe dare « donner Â», « Ă©diter Â», Le Robert, Dictionnaire historique de la langue française, op. cit., tome 1, p. 1188 []

Meta

Entrevue

Beauregard