Flux

Meta

Entrevue

Beauregard

SĂ©rie d’images (images = origines, fondations de notre domaine)

http://unesaisongraphique.fr/fr http://fondsinternational.com/language/fr/

http://unesaisongraphique.fr/fr
http://fondsinternational.com/language/fr/

http://the-island-club.com/

http://the-island-club.com/


 

The Island Club présente Merida (peinture à vendre au mÚtre) de Pierre Leguillon pour Le Musée des Erreurs.
 

I.

On lui dit :

« Ne vous approchez pas de l’art abstrait. C’est fabriquĂ© par une bande d’escrocs et d’incapables. Ils ne sauraient faire autre chose. Ils ne savent pas dessiner. Or Ingres a dit que le dessin est la probitĂ© de l’art. Ils ne savent pas peindre. Or Delacroix a dit que la couleur est la probitĂ© de l’art. Ne vous en approchez pas. Un enfant en ferait autant. Â»

Qu’est-ce que ça peut faire que ce soit des escrocs si ça lui procure du plaisir ? Qu’est-ce que ça peut lui faire qu’ils ne sachent pas dessiner ?

Cimabue savait-il dessiner ? Qu’est-ce que ça veut dire : savoir dessiner ? Qu’est-ce que ça peut lui faire que les enfants puissent en faire autant ? Ce sera merveilleux. Qu’est-ce qui les en empĂȘche ? Leurs parents peut-ĂȘtre. Ou n’en auraient-ils pas le temps ?

Samuel Beckett, Le Monde et le Pantalon, 1945
 

J’ai vu dans cette piĂšce un problĂšme intĂ©ressant. Comme je l’ai mentionnĂ© plus haut, la technique du kasuri entraĂźne nĂ©cessairement des « dĂ©calages Â», les motifs ne sont pas nets. Comme cet effet ne peut pas ĂȘtre maĂźtrisĂ©, on peut le voir comme une « erreur Â» humaine, mais aussi comme l’aboutissement naturel d’un processus, auquel cas le kasuri serait plus l’Ɠuvre de la nature que celle de l’homme. [
]

Certains diront que ce sont des mĂ©thodes d’un autre Ăąge, chronophages et avides de main-d’Ɠuvre, mais ceux qui, Ă  l’inverse, sont las de la sociĂ©tĂ© industrielle, apprĂ©cieront certainement leur esthĂ©tique et leur fraĂźcheur. Il est probable que ce ne soit qu’une question de temps avant que le reste du monde considĂšre le kasuri comme une Ă©toffe prĂ©cieuse et rare venue d’Orient : alors que la beautĂ© abstraite fait de plus en plus d’adeptes, je suis convaincu que de nombreuses personnes sauront bientĂŽt dĂ©celer celle qui sommeille dans ses motifs. Je pense que le kasuri occupe une place trĂšs importante dans l’histoire des techniques de tissage japonaises, et quoi qu’il en soit, sa beautĂ© est indĂ©niable.

Sƍetsu Yanagi, De la beautĂ© du kasuri, 1959 (traduit du japonais par GĂ©raldine Oudin)
 

En 2017, alors qu’il visitait la ville de MĂ©rida, dans le YucatĂĄn, au sud-est du Mexique, Pierre Leguillon tomba sur un petit bar dont les murs abimĂ©s Ă©taient peints Ă  grand coups de pinceau, en rouge, bleu, jaune et noir. Un an plus tard, l’artiste se rendit au Japon avec cette peinture de camouflage en tĂȘte, dans la petite ville de Yame, sur l’üle de Kyushu, dans le but de traduire les taches de ce wall painting sur un kasuri, la forme japonaise de l’ikat, une technique ancienne trĂšs complexe associant teinture et tissage pour crĂ©er les motifs.

Travaillant avec le maĂźtre de kasuri Kyƍzƍ Shimogawa (äž‹ć·ćŒ·è‡“), Leguillon a fait produire un tissu qui simule les coup de pinceaux alĂ©atoires de la peinture murale de MĂ©rida d’une maniĂšre abstraite et Ă©quivoque. L’artiste situe ces peintures dans une filiation avec la peinture moderne occidentale, citant l’influence d’Anni Albers, de Giuseppe Pinot-Gallizio ou encore de Blinky Palermo.

Merida sera accrochĂ©e sur les murs de The Island Club oĂč, selon le principe de l’Ɠuvre, la peinture sera vendue au mĂštre pendant toute la durĂ©e de l’exposition.
 

II.

Protocole:

A. La vente dĂ©butera pour le vernissage de l’exposition, le samedi 18 mai Ă  18h. B. Les peintures seront vendues selon le principe du « premier-Ăšre arrivĂ©-e, premier-Ăšre servi-e Â». C. Celles et ceux qui ne sauraient ĂȘtre prĂ©sent-e-s Ă  l’exposition peuvent effectuer leurs commandes par e-mail, et ce dĂšs le samedi 18 mai Ă  18h, Ă  : info@the-island-club.com. D. Le prix du premier mĂštre est fixĂ© Ă  170 euros, soit le prix du cadre dans lequel est exposĂ©e la peinture. E. Le prix de chaque mĂštre supplĂ©mentaire augmentera de 5% par rapport au prĂ©cĂ©dent. F. Chaque acheteur ne peut acquĂ©rir qu’un seul mĂštre. Chaque peinture mesure 37,5 x 100 cm. G. La quantitĂ© maximale de mĂštres produits ne pourra pas dĂ©passer 150. H. Les peintures sont vendues et envoyĂ©es roulĂ©es, sans cadre. I. Une facture sera produite par Christodoulos Panayiotou. La facture sera tamponnĂ©e conjointement par The Island Club et Le MusĂ©e des Erreurs, et signĂ©e par Christodoulos Panayiotou et Pierre Leguillon. J. Les Ɠuvres seront expĂ©diĂ©es depuis Limassol, Chypre. Les frais d’envois sont Ă  la charge de l’acquĂ©reur-reuse. K. La liste des acheteur-trice-s sera publiĂ©e Ă  l’issue de la vente. Les acheteur-trice-s souhaitant demeurer anonymes sont priĂ©-e-s de le stipuler.

http://www.frac-centre.fr/claude-parent-748.html

http://www.frac-centre.fr/claude-parent-748.html