Flux

Pas de commentaires

La beauté de Laure

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Thomas Bouville et Sarah Kremer, Laure, Georges Bataille

“La beautĂ© de Laure n’apparaissait qu’à ceux qui devinent. Jamais personne ne me parut comme elle intraitable et pure, ni plus dĂ©cidĂ©ment « souveraine », mais en elle rien qui ne soit vouĂ© Ă  l’ombre.” Georges Bataille

Laure, de son vrai nom Colette Peignot (1903-1938), est un mĂ©tĂ©ore dans la vie littĂ©raire française. AprĂšs sa mort, Michel Leiris et Georges Bataille, avec qui elle vĂ©cut une liaison tourmentĂ©e, publient une Ă©dition hors commerce d’une partie de ses Ă©crits sous le titre Le sacrĂ© ainsi qu’Histoire d’une petite fille. Il faut attendre les annĂ©es soixante-dix, pour que son Ɠuvre soit redĂ©couverte et accessible aux lecteurs, grĂące Ă  Bernard NoĂ«l et Ă  JĂ©rĂŽme Peignot.⁠1
 

Thomas Bouville et Sarah Kremer, Laure, Georges Bataille

Thomas Bouville et Sarah Kremer, Laure, Georges Bataille

À l’occasion de la publication de ce nouvel opus dans sa collection Cheval Vapeur, les Ă©ditions du Chemin de Fer sĂ©lectionnent deux Ă©crits liĂ©s Ă  l’auteure : un texte de Laure, Histoire d’une petite fille, interprĂ©tation autobiographique d’un moment d’enfance, suivi de Vie de Laure, portrait posthume dressĂ© par Georges Bataille. Ces temporalitĂ©s croisĂ©es laissent librement Ă©voluer la personnalitĂ© de l’écrivaine.

Thomas Bouville et Sarah Kremer, Laure, Georges Bataille

Thomas Bouville et Sarah Kremer, Laure, Georges Bataille

À la dĂ©couverte du/des caractĂšre(s) de cette mystĂ©rieuse Laure/Colette, nous sommes partis Ă  la recherche d’élĂ©ments pouvant apporter des clĂ©s de lectures complĂ©mentaires. Nous avons alors choisi de souligner l’appartenance de Laure Ă  la bourgeoise famille Peignot, impliquĂ©e dans la fonderie de caractĂšres française G. Peignot & fils – future Deberny & Peignot. Les rĂ©fĂ©rences que nous faisons au monde de l’industrie typographique viennent rythmer la lecture de l’ouvrage. Les spĂ©cimens de caractĂšres de la fonderie⁠2 , documents publicitaires et techniques, donnent lieux Ă  des compositions dĂ©monstratives dans lesquelles les caractĂšres et Ă©lĂ©ments typographiques pĂ©riphĂ©riques s’exposent de maniĂšre presque abstraite Ă  diffĂ©rentes Ă©chelles. Ils nous ont offert une formidable matiĂšre que nous avons choisi de dĂ©placer.

Thomas Bouville et Sarah Kremer, Laure, Georges Bataille

Thomas Bouville et Sarah Kremer, Laure, Georges Bataille

En couverture, des agglomĂ©rats de filets jouent avec la naĂŻvetĂ© premiĂšre du titre pour qui ne connait pas l’histoire de Laure. Puis, entre le texte de Laure et celui de Bataille, la marque du temps qui s’écoule est donnĂ©e Ă  voir Ă  travers une sĂ©quence de compositions filaires. DĂ©pouillĂ©s de leurs connotations techniques, ces emprunts deviennent des formes autonomes en suspension dans l’espace de la page. Les jeux de combinaisons sont amplifiĂ©s par la transparence du papier.

Le caractĂšre Cochin compose le texte de labeur, il fait rĂ©fĂ©rence Ă  l’un des grands succĂšs de la fonderie Peignot de la Belle Époque – pĂ©riode pendant laquelle Georges Peignot, pĂšre de Laure, dirige la fonderie. Il est accompagnĂ© pour les titres du Mitraille, alphabet dessinĂ© pour l’occasion, d’aprĂšs un caractĂšre amĂ©ricain de type De Vinne, trĂšs largement diffusĂ© dans les fonderies europĂ©ennes au dĂ©but du XXe siĂšcle. Cet alphabet Ă©tait utilisĂ© Ă  rĂ©pĂ©tition, notamment au sein de documents Ă©ditĂ©s pendant la Grande Guerre. En atteste un facsimilĂ© d’un journal de tranchĂ©es que nous reproduisons en fin d’ouvrage.

Thomas Bouville et Sarah Kremer, Laure, Georges Bataille

Thomas Bouville et Sarah Kremer, Laure, Georges Bataille

Les titres comme les lettrines utilisent le Mitraille qui tombe comme une sentence au milieu d’une atmosphĂšre calfeutrĂ©e, suggĂ©rĂ©e par des marges de texte confortables et des couleurs raffinĂ©es, rappelant le drame qui a touchĂ© la famille Peignot. Celle-ci perd Georges ainsi que ses trois frĂšres au front, un traumatisme qui marquera profondĂ©ment Laure.
 

Thomas Bouville et Sarah Kremer


Notes

  1. Texte de quatriÚme de couverture rédigé par les éditions du Chemin de Fer. []
  2. Les ornements typographiques utilisĂ©s en couverture ainsi que dans le livre sont extraits du SpĂ©cimen Deberny & Peignot volume 1, du SpĂ©cimen GĂ©nĂ©ral de la fonderie Georges Peignot & fils tome 1, du spĂ©cimen les Cochins de la fonderie Peignot & Cie et du spĂ©cimen la Typographie Cochin de Deberny & Peignot. []

Meta

Entrevue

Beauregard