Flux

Pas de commentaires

La dette

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

https://vimeo.com/112680362
Konstantinos Tsoukalas et Ioannis Kaspiris,
« Paths of thoughts » Jean-François Lyotard, 1992

Dans un entretien de 19921, Jean-françois Lyotard, dont on sait qu’il est un des rares philosophes Ă  avoir explicitement Ă©crit sur le graphisme2, se demande pour qui un artiste, un Ă©crivain, un cinĂ©aste, un scientifique, et l’on a le sentiment qu’on est en droit de rajouter, un graphiste, Ă©crit, travaille, produit quelque chose.

La « rĂ©ponse vulgaire Â», nous explique-t-il est de voir dans cet acte la dĂ©livrance d’un « plaisir Â», d’un « objet Ă  investir Â» relatifs Ă  l’idĂ©e d’un « autre Â», d’un « public Â».

Mais pour Lyotard, il y a plus : « on se met Ă  travailler dans ce sens parce qu’on a le sentiment d’une dette. C’est-Ă -dire qu’on doit porter tĂ©moignage de quelque chose qu’on ne comprend pas. On doit porter tĂ©moignage par Ă©crit de quelque chose que l’on ne sait pas dĂ©crire. On doit porter tĂ©moignage par la couleur de quelque chose qu’on ne sait pas voir, qu’on voudrait faire voir, mais qu’on ne sait pas comment faire voir. Il y a toujours une dette Ă  l’égard de quelque chose qu’on imagine possible, mais qui paraĂźt impossible. Â».

Lyotard parle pour l’écriture, pour la peinture d’un « pari Â» : « on se met Ă  Ă©crire ou Ă  peindre pour faire arriver dans les matiĂšres des peintres, des Ă©crivains, des mots, des couleurs, mĂȘme pas une forme, ce serait trop simple, mais plutĂŽt un geste tel que les matiĂšres se mettent Ă  dire quelque chose qu’ils n’avaient jamais Ă©tĂ© dit, Ă  faire voir quelque chose qui n’avait pas Ă©tĂ© vu. Â»
 

On a souvent approchĂ© le graphisme pas ses antĂ©rioritĂ©s, par ses dettes aux matiĂšres qu’il est en charge de transmettre, aux problĂšmes qu’il est en capacitĂ© de rĂ©soudre, par ses engagements vis-Ă -vis d’un hypothĂ©tique lecteur, d’un consommateur prospectĂ©. On l’a moins envisagĂ© dans ses potentialitĂ©s de transformation de l’actualitĂ© et de la postĂ©ritĂ© des perceptions et dans la maniĂšre qu’il peut avoir de faire sentir sa dette Ă  la cĂ©citĂ©, Ă  sa part agissante de mutisme.


Notes

  1. https://vimeo.com/112680362 Ă©mission de la sĂ©rie de tĂ©lĂ©vision grecque rĂ©alisĂ©e par Konstantinos Tsoukalas et Ioannis Kaspiris « Paths Of Thoughts Â» consacrĂ©e Ă  Jean-François Lyotard, 1992 []
  2. Jean-François Lyotard, « Intriguer, ou le paradoxe du graphiste Â», Catalogue de l’exposition « Vive les graphistes Â», Paris : Syndicat National des Graphistes, 1990. http://www.theoriedesigngraphique.org/wp-content/DOCUMENTS/Lyotard_Intriguer.pdf []

Meta

Entrevue

Beauregard