Flux

Pas de commentaires

Le critique, le graphiste et le scientifique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Il y aurait d’abord un graphisme tout voué à sa mission de transitivité. L’écrivain, le scientifique, le savant, le critique écrirait et le graphiste inscrirait ce texte premier dans le dispositif transparent d’un texte second épris d’effacement, de modestie, de morale, de respect des hiérarchies. Cette pratique du graphisme serait institutionnelle. Elle conforterait les hiérarchies des genres de l’expression. Elle ne relèverait pas de la littérature. Elle ne produirait pas de critique.1

Alexandru Balgiu et Fabrice Mabime, performance-lecture de l’exposition de la section graphisme de l’Ensba Lyon, 24 et 25 mai 2014, Chaumont

Alexandru Balgiu et Fabrice Mabime, performance-lecture de l’exposition de la section graphisme de l’Ensba Lyon, 24 et 25 mai 2014, Chaumont

Il y aurait ensuite un graphisme qui s’affirmerait en relation relative au contenu qu’il relaierait. Un graphisme auctorial, intransitif, concentré dans la définition d’une position dans le champ de l’écriture, de la vie des formes et des couleurs de la cité, dans l’histoire et les attitudes lettrées. Ce graphisme émettrait un jugement, un commentaire. Il participerait d’un mouvement critique vis-à-vis de son contenu. Il réfléchirait ses propres moyens, la définition de son champ disciplinaire et les conditions plus générales de leur avènement. Il ne pourrait transmettre avec efficacité son contenu. Il ne relèverait pas de ces techniques de la connaissance et de la science. Il ne permettrait pas aux voix de la cité de résonner avec clarté sur la place publique, d’être précisément qualifiées, efficacement discutées et de permettre l’individuation de chacun et le progrès du savoir de tous.

Alexandru Balgiu et Fabrice Mabime, performance-lecture de l’exposition de la section graphisme de l’Ensba Lyon, 24 et 25 mai 2014, Chaumont

Alexandru Balgiu et Fabrice Mabime, performance-lecture de l’exposition de la section graphisme de l’Ensba Lyon, 24 et 25 mai 2014, Chaumont

Ces belles oppositions peuvent-elles ĂŞtre dĂ©passĂ©es ? La critique comme affirmation d’un point de vue plus ou moins subjectif, en quelque sorte anti-institutionnel, peut-elle s’accorder Ă  la critique objective comme procès public de la dĂ©libĂ©ration et de la nĂ©gociation des formes et des cadres de reprĂ©sentation de la citĂ© ? Le graphisme est-il concernĂ© par de telles responsabilitĂ©s ? Que peut la critique pour le graphisme ? Que peut le graphisme critique ? Pour ĂŞtre objectif, faut-il ne surtout pas Ă©crire ? La mĂ©diation est-elle la faute froide de l’auteur ?2

Alexandru Balgiu et Fabrice Mabime, performance-lecture de l’exposition de la section graphisme de l’Ensba Lyon, 24 et 25 mai 2014, Chaumont


Notes

  1. Ce texte s’inspire librement de l’intervention de l’historien Ivan Jablonka qui se demandait « Comment Ă©crire l’histoire : pour des sciences sociales crĂ©atives Â» dans l’émission de Sylvain Bourmeau La suite dans les idĂ©es du 27 septembre 2014. Il me semble que la situation de l’histoire, science humaine qui doit raconter et Ă©crire pour rapporter des faits peut dire quelque chose des problĂ©matiques de l’inscription graphique plus ou moins documentaire. []
  2. Les illustrations montrent deux performances rĂ©alisĂ©es les 24 et 25 mai 2014 par Alexandru Balgiu et Fabrice Mabime, comme une forme de lecture subjective et analytique – dans son sens grec de dĂ©composition â€“ de l’exposition de la section graphisme de l’Ensba Lyon rĂ©alisĂ©e par Manon Bruet et Pierre Boggio au 25e Festival de l’Affiche et du Graphisme de Chaumont []

Meta

Entrevue

Beauregard