Flux

4 commentaires

O porto

  1. Eh bien pas d’école en particulier… (juste à titre d’exemple je pourrais évoquer les travaux dévoilés sur le blog Manystuff, ou certains sur votre blog aussi…).

    Il s’agit plutôt de sensations, d’odeur des images, des effets techniques qui rappellent à l’imagerie des années 70-80, des utilisations d’iconographies de ces années, des couleurs, des trames, des usages typographiques…

    Comme s’il existait une sorte de nostalgie d’une époque où ces graphistes auraient voulu exercer. Des années, qu’ils s’imaginent, où la pratique du graphisme et la condition du graphiste avait plus de légitimité qu’aujourd’hui (à juste titre ou non, je connais peu cette époque étant né dans les années 80).

    À vrai dire je n’en sais rien, j’ai seulement cette impression qu’il y a, pour certains graphistes, une sorte de retour dans le temps, et je me demande pourquoi ? (ou pourquoi pas ?)

    Je suis juste curieux 😉

  2. Je suis à la fois séduit et sceptique par cette esthétique graphique. Ce n’est pas la première fois (ni la dernière) que je vois des réalisations du même registre graphique.

    Seulement, chers auteurs de ce blog, j’aimerais comprendre pourquoi depuis peu (5 ans) il existe un tel engouement à reproduire des effets et à investir les champs stylistique du graphisme « Old school ».

    Est-ce un pur effet de mode ou un moyen de revendication du graphisme ?

    Merci d’avance pour vos commentaires éclaircis !

    • Cher Jeremy, toute proposition interpole à sa façon le futur, le présent et le passé. De quel « old » parlez-vous ? De quelle école ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

oporto23-1

Michael Robinson

Oporto19

Jessie Stead

Oporto est une salle de projection lisboète dédiée au cinéma expérimental occupant, comme son nom l’indique (le port), l’ancien siège social du syndicat de la marine marchande locale.

oporto3

Ken Jacobs

oporto31

Ken Jacobs

L’espace, dirigé par Alexandre Estrela, Miguel Soares et Antonio Silveira Gomes (Barbara says), profite du traitement graphique de ce dernier. Une identité visuelle expérimentale, sensible, fictionnelle et changeante, toute habitée des spectres cinématographiques, de cette passion du mouvement de la haute modernité, de tous ces ailleurs marins… Un port d’attache des voyages immobiles…

oporto4

Liliane Lijn

oporto41

Jessie Stead

Meta

Entrevue

Beauregard