Flux

Pas de commentaires

Posters et affiches d’artistes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Allen Rupersberg, El Secundo Record Club http://www.elsegundorecordclub.com/

Allen Ruppersberg,
El Secundo Record Club
http://www.elsegundorecordclub.com/

À l’occasion de la prochaine exposition Posters et affiches d’artistes et à la journée d’études attenante Poster/affiches, Des arts plastiques au design graphique et vice-versa que Véronique Souben organise prochainement au Frac Normandie, je vous propose un court extrait de la conversation que nous avions menée et publiée avec Jérôme Dupeyrat au sujet proche des livres d’artistes dans La fille, le fruit, le perroquet et la piqûre à cheval.

Thierry Chancogne :
MĂŞme si Anne MĹ“glin-Delcroix refuse – en nuançant tout de mĂŞme le propos de Clive Phillpot â€“ aux graphistes artistes multimedia reconnus tels que Kurt Schwitters, ThĂ©o Van Doesburg ou Laszlo Moholy Nagy, la paternitĂ© d’une dĂ©mocratisation de l’art par les matières industrielles du graphisme1, il faudra bien reconnaĂ®tre que nombre des acteurs du livre d’artiste, d’Edward Rusha Ă  George Maciunas en passant par Wolf Vostell, Dick Higgins, Dieter Roth, Guy de Cointet ou Lawrence Weiner, sont liĂ©s plus ou moins clairement Ă  la pratique du graphisme et de la typographie et que leur attention Ă  la forme du livre est « professionnelle Â» Ă  plus d’un titre.

Jérôme Dupeyrat :
Camiel van Winkel rapporte d’ailleurs que lorsque l’historien de l’art Benjamin Buchloh exprima son admiration Ă  Lawrence Weiner Ă  propos de ses travaux de la fin des annĂ©es 1960, en lui disant qu’il admirait la complète absence de choix graphiques et typographiques dans ses mises en page ou plus largement dans ses mises en forme, Weiner le corrigea en lui expliquant : « Ces premières manifestations [de mon travail] sont designĂ©es Ă  un point que vous ne pouvez pas imaginer. Je veux dire, prenez Statements : il y a un facteur graphique pour le faire ressembler Ă  un livre d’1,95 $ que vous pourriez acheter. La police de caractère, le dĂ©cision d’utiliser une machine Ă  Ă©crire et tout le reste Ă©taient des choix graphiques Â». Camiel van Winkel rapporte Ă©galement que les propos de Lawrence Weiner Ă  la fin des annĂ©es 1960 n’allaient pas nĂ©cessairement dans ce sens. Il ne faut donc pas nĂ©gliger la part de rĂ©Ă©criture de sa propre histoire qu’il peut y avoir lĂ  de la part de l’artiste, mais sa remarque n’est pas non plus sans fondement2 .


Notes

  1. Anne MĹ“glin-Delcroix, EsthĂ©tique du livre d’artiste, Marseille, Le mot et le reste ; Paris, BNF, 2012, p. 47-48 []
  2. Selon Camiel van Winkel, la visualisation de l’information peut ĂŞtre considĂ©rĂ©e comme l’essence du design graphique. Or puisque l’art conceptuel est prĂ©cisĂ©ment un art d’information, il est logique que le design graphique en soit l’un des outils. Cela ne veut pas dire que l’art conceptuel serait une branche du graphisme, ou Ă  l’inverse que le graphisme serait obligatoirement conceptuel, autrement dit l’un et l’autre ne se confondent pas car leurs finalitĂ©s diffèrent, mais ils empruntent l’un Ă  l’autre des outils, des procĂ©dures, des langages et des formes. Selon Camiel van Winkel, « l’art conceptuel et le design graphique peuvent ĂŞtre vus comme deux formes complĂ©mentaires de la ‹ production dĂ©lĂ©guĂ©e de culture â€ş Â», cette dernière expression — Â« production dĂ©lĂ©guĂ©e de culture Â» â€” Ă©tant empruntĂ©e Ă  un ouvrage consacrĂ© au graphiste hollandais Wim Crouwel. Cf. Camiel van Winkel, « Information and Visualisation : The Artist as Designer », During the Exhibition the Gallery Will Be Closed: Contemporary Art and the Paradoxes of Conceptualism, Amsterdam, Valiz, 2012, p. 133-201 []

Meta

Entrevue

Beauregard